Chacun de nous, à un moment ou à un autre de son existence, n’avait aucune idée de ce qu’il aurait bien pu faire de sa vie, aussi bien professionnellement que personnellement. Un sentiment de démotivation et la sensation d’être perdu apparaissent : c’est un ressenti classique et compréhensible.

À partir de ce moment-là, deux choix s’offrent à vous : soit vous subissez votre vie (un boulot banal, avec ou sans prise de tête), soit vous agissez, et cherchez réellement et activement votre voie. Souhaitez-vous vraiment être heureux ? Évidemment que oui ! Pour y parvenir, découvrez un concept venu tout droit du Japon : l’Ikigai. Si vous n’avez jamais entendu parler de cette méthode japonaise, lisez attentivement ce qui va suivre ! Nous allons voir comment trouver son ikigai.

Qu’est-ce que l’Ikigai ?

Qu’est ce que l’Ikigai ?

Textuellement, Ikigai signifie à la fois « joie de vivre » et « raison d’être ». D’ailleurs, il s’agit davantage d’une interprétation que d’une traduction mot pour mot. Considéré comme une véritable philosophie de vie au Japon, il consiste à trouver un sens à sa vie, et même plus précisément un équilibre, qui donne une raison de se lever tous les matins dans la joie et la bonne humeur.

Selon une étude, il serait à l’origine de la bonne santé et de la longévité des habitants de la région d’Okinawa. Celle-ci compte environ cinq fois plus de centenaires qu’aux États-Unis, par exemple. Les habitants de cette région pratiquent quotidiennement ce concept. Une phrase importante à retenir, qui permet de bien comprendre la finalité de l’Ikigai, est : « Je suis là où je dois être ».

Il faut savoir que les Japonais pensent qu’un travail doit être source de plaisir, de bonheur et d’épanouissement. Ces derniers n’ont pas la même relation avec la retraite que nous, européens, car nous pensons (à tort) qu’un travail est avant tout une manière de gagner de l’argent. Ce qui est en fait faux : l’argent n’est que la finalité du travail, et non pas un besoin vital. C’est pourquoi vous devez trouver un emploi qui vous passionne vraiment : ainsi, vous n’aurez pas l’impression de devoir être obligé de travailler, comme le dit l’adage.

Quel est le principe de l’Ikigai ?

Très simplement, l’Ikigai permet à celui qui l’utilise d’identifier ce qui le rend réellement heureux, pour enfin trouver son chemin de vie. On pourrait également le définir comme notre « mission de vie » : il s’agit, en quelque sorte, de la raison et la motivation qui nous font principalement aimer notre existence.

Généralement, il est plutôt utilisé pour le domaine professionnel, car il permet de trouver « le job de ses rêves ». Ce concept met en avant un fait important : tout le monde possède un Ikigai. Le plus difficile est de réussir à se poser les bonnes questions et à le trouver, après un temps de recherche. Cela demande, forcément, beaucoup d’efforts d’introspection personnelle.

Pour vous aider, voici les quatre éléments qui permettent d’équilibrer l’Ikigai :

  • Trouver qui vous passionne
  • Le domaine où vous êtes doué
  • Ce dont le monde a besoin
  • Ce pour quoi vous pourriez être payé.
Schéma de l'Ikigai
Schéma de L’ikigai

L’Ikigai, bien plus qu’un simple loisir !

En fait, il s’agit plus clairement d’une partie de votre propre personnalité. Un Ikigai n’est pas forcément une passion ou un hobby, il peut aussi très bien être une forme d’accomplissement personnel : aider son prochain, communiquer avec d’autres personnes, guider à son tour… Finalement, tant qu’il y aura des êtres humains, hommes et femmes sur Terre, il y aura autant d’Ikigai.

À vrai dire, il y en aurait même bien plus, puisque vous n’en avez pas forcément qu’un seul et unique au cours de votre vie. Maintenant, c’est à vous de trouver le vôtre !

Homme choisissant sa direction pour choisir son Ikigai
Plusieurs chemins peuvent mener à L’ikigai

Comment trouver son Ikigai ?

En vérité, cette quête est loin d’être facile à réaliser. Pour tenter de trouver votre Ikigai, quatre ensembles de questions vous sont posées, auxquels vous devez répondre. Mais attention : vous devez réfléchir au plus profond de votre inconscient, et trouver des réponses sincères et pleines de sens (pour vous) afin de découvrir une des facettes de votre Ikigai.

Parfois, vous n’aurez aucune idée : même si vous mettez plusieurs jours ou semaines à répondre à une question, pas d’inquiétude, cela est tout à fait normal. Chacun doit avancer à son rythme, pour être sûr de dénicher sa véritable ambition.

Voici donc les 4 groupes de questions tant attendues :

  1. Qu’aimez-vous dans la vie ? Qu’est-ce qui vous passionne et que vous aimez faire ? Pour quelles raisons avez-vous envie de vous lever le matin ? Quelle est votre source de motivation, même quand vous n’avez pas le moral ?
  2. Pour quelles activités êtes-vous doué ? Si vous ne trouvez pas de réponse à cette question, voici une formulation différente : pour quelles activités n’avez-vous pas besoin de faire beaucoup d’effort pour réussir ? Avez-vous régulièrement des compliments pour une activité que vous pratiquez ?
  3. Avez-vous une cause qui vous tient à cœur ? Quels faits vous attristent ou vous donnent envie de réagir ? Avez-vous une ou plusieurs associations qui vous sont chères ? Avez-vous envie de vous engager pour une cause/association ?
  4. Que pouvez-vous apporter réellement aux autres ? Quels sont vos points forts, que vous souhaitez mettre à disposition d’autrui ? Seraient-ils capables de vous payer pour une action ? Si oui, laquelle en particulier ?

Pour chaque question, il peut évidemment y avoir plusieurs réponses possibles, en fonction de votre ressenti.

Atteindre l’équilibre parfait : l’Ikigai

Une fois que vous avez répondu à toutes ces questions, il ne vous reste plus qu’à les positionner directement dans le schéma précédent. Chaque cercle se recoupe pour créer un nouvel espace, qui correspond à un élément supérieur dans l’Ikigai. Ils sont au nombre de quatre.

  1. Votre ou vos passions : il s’agit de fusionner les réponses des cercles de « ce qui vous passionne » et de « ce pour quoi vous êtes doué ».
  2. Votre profession idéale : de même que pour les passions, liez simplement vos cercles de réponses de « ce pour quoi vous êtes doué » et de « ce pour quoi vous pourriez être payé ». Vous découvrirez ainsi le travail qui correspond à votre état d’esprit actuel.
  3. Votre vocation : elle regroupe les réponses aux questions de « ce pour quoi vous pourriez être payé » et de « ce dont tout le monde a besoin ».
  4. Votre mission actuelle : enfin, mélangez les cercles des catégories de « ce qui vous passionne » et de « ce dont tout le monde a besoin » pour trouver la mission de vie qui vous est promise.

L’ensemble de ces quatre groupes créés eux-mêmes un dernier point : votre Ikigai.

Bravo, vous venez d’atteindre votre but, vous connaissez désormais votre raison d’être.

Vous serez certainement surpris de constater que votre Ikigai n’est pas forcément un métier. Bien entendu, si tel est le cas, c’est une bonne nouvelle pour vous ; autrement, c’est simplement que le travail correspond uniquement à un seul facteur de votre raison d’être. Le reste sera peut-être des loisirs, du temps libre ou de l’engagement associatif…

Jouir pleinement de son Ikigai

Pour le rendre vraiment utile, vous devez le mettre en application tous les jours, dans tous les domaines de votre vie. Pour certaines personnes, il sera facile de tout quitter, et de recommencer des activités plus proches de leur Ikigai, tandis que d’autres pourront réussir à évoluer et à accomplir des missions de vie sans abandonner quoi que ce soit. L’objectif principal n’est pas spécifiquement de trouver son Ikigai, mais plutôt de réussir à l’appliquer au quotidien !

Trouvez-vous une passion

Grâce au test de l’Ikigai, vous avez sans doute trouvé une ou plusieurs activités qui vous font réellement du bien à l’intérieur. Pour ceux qui sont effrayés à l’idée de devoir quitter leur sécurité financière, n’hésitez pas à développer une de ces activités en parallèle de votre travail. Par exemple, si vous aimez peindre, vous pouvez vous y consacrer pendant votre temps libre, et pourquoi pas, essayer d’exposer vos toiles dans une galerie d’art. Le but est de vous sentir complètement en adéquation avec vos aspirations de vie.

Peintre en train de peindre une toile pour trouver son Ikigai
La peinture est un exemple de passion que l’on peut choisir pour trouver son Ikigai

Prévoir un temps à votre Ikigai

Pour être dans la même logique que le point précédent, une fois que vous avez déterminé une (ou plusieurs) activité à pratiquer, vous devez lui réserver un créneau, et vous y tenir. Commencez simplement par une fois par semaine, par exemple le dimanche après-midi, pendant une heure. De cette manière, vous vous forcez à réaliser des activités qui vous apportent de la joie au quotidien. Augmentez progressivement cette durée si vous pensez que vous voulez ou devez pratiquer d’avantage pour être en écho avec votre Ikigai.

Mettre son Ikigai au travail

La finalité d’un Ikigai est de retrouver enfin le bonheur et la joie, mais si en plus, vous arrivez à faire de votre passion un métier, c’est le doublé gagnant ! Réussir à gagner sa vie en étant complètement épanoui n’est pas donné à tout le monde, car il faut prévoir toutes les facettes du projet avant de se lancer. Malgré les difficultés, vous ne devez jamais abandonner, car un jour ou l’autre cela finira par payer. Rien ne vous empêche de réaliser ce rêve, petit à petit, et de voir grandir votre travail.

D’ailleurs, il est bon de rappeler que l’Ikigai n’est pas obligatoirement lié au « succès professionnel », étant donné qu’il est basé sur les valeurs que VOUS définissez comme importantes. Ne vous fiez pas aux avis extérieurs ou aux pensées malintentionnées d’autres gens, qui pourraient interférer dans vos recherches.

Tandis qu’une personne A s’accomplit entièrement dans son travail, même avec un faible salaire, une personne B le fera sans avoir eu de diplôme en particulier, et une personne C s’épanouira parfois en dehors même des codes de notre société, etc. Il n’y a pas de « mauvais » choix ou mission de vie !

Une préparation mentale préalable

Pour continuer dans cette suite logique, il faut reconnaître que les Français sont habitués à assimiler le monde du travail avec la rémunération qui lui est attribuée. Une programmation mentale qui les oblige à penser que c’est un moyen de survie pour subvenir à des besoins vitaux.

L’argent est forcément un sujet sensible, auquel tout le monde pense, car il représente une sécurité psychologique, juste derrière celle de manger, de boire… Or, il s’avère qu’il est aussi un frein à votre développement personnel. Pour réussir à concrétiser vos projets, qu’ils soient professionnels ou non, vous devez vous libérer de cette barrière qu’est l’argent. Préférez-vous focaliser sur l’élément « aspiration », puis, dans un second temps, réfléchissez à l’aspect financier qui peut en découler.

En savoir plus avec Tim Tamashiro (En anglais avec sous titres)

Harmoniser son Ikigai : le défi d’une vie !

Une fois que vous avez accompli avec succès le test de l’Ikigai, et que vous avez enfin accès à tout votre potentiel, sachez qu’il n’est pas éternel. Notre vie étant en constante évolution, vos aspirations et vos désirs changent avec le temps, et façonnent votre esprit (et même votre corps). Toutefois, peut-être que l’Ikigai qui vous correspond aujourd’hui ne sera pas le même dans 5, 10 ou 15 ans.

C’est ce qui complique légèrement le concept de l’Ikigai, mais finalement, cela est une bonne chose : cette mouvance signifie que vous ne stagnez pas, et même mieux, que vous évoluez et vous vous affinez au fur et à mesure du temps. Vos aspirations, rêves, passions et attirances dans la vie évoluent avec votre âge. Il est donc logique qu’il en aille de même avec votre Ikigai.

N’hésitez pas, quand le moment est venu, ou simplement quand le cœur vous en dit, de réessayer de répondre aux questions de l’Ikigai. Que ce soit pour vérifier si vos attentes sont toujours identiques, ou pour évaluer si vos perspectives d’avenir sont toujours en adéquation avec vous-même. Soyez à l’affût, et vous resterez animé d’une passion intense toute votre vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.