La plupart des gens l’ignorent, mais chaque être humain porte en lui plusieurs blessures de l’âme. Selon Lise Bourbeau, auteure spécialiste du développement personnel, ces dernières sont au nombre de 5. Elles s’expliquent principalement par nos expériences de vie dans la petite enfance. Elles peuvent également relever d’autres paramètres, comme les mémoires transgénérationnelles.

Bien que ces blessures aient tendance à passer inaperçues aux yeux de la majorité, elles impactent considérablement notre vision du monde et notre rapport aux autres. Elles sont alors à l’origine de divers blocages et schémas répétitifs inconscients.

Découvrons tout de suite ensemble quelles sont les 5 blessures qui peuvent vous empêcher d’être vous-mêmes, et observons comment les identifier pour mieux les démanteler…

La blessure de rejet

Quelle est l’origine de la blessure de rejet ?

Bien qu’elle puisse avoir différentes explications, la blessure de rejet se révèle généralement dans la première année de vie. Elle est liée à la relation avec son parent du même sexe.

La personne souffrant d’une blessure de l’âme de rejet a ressenti une interdiction d’exister ou d’être soi-même de la part de cette figure d’attachement. Bien entendu, il s’agit avant tout d’une émotion subjective. Cela ne signifie pas toujours que le parent a réellement rejeté l’enfant, mais que l’enfant l’a vécu comme tel.

Dessin représentant la blessure de l'âme

Comment s’exprime la blessure de rejet ?

La blessure de rejet est caractérisée par une peur profonde de ne pas être accepté par les autres tel que l’on est. Cette angoisse perpétuelle d’être exclu engendre un comportement fuyant.

En effet, la personne souffrant de blessure de l’âme de rejet tente de se protéger inconsciemment en se renfermant sur elle-même. Finalement, elle préfère éviter les autres par crainte de leur jugement. Elle a intégré qu’il valait mieux rester seule plutôt que de risquer de revivre une situation de rejet.

Les personnes avec une blessure de rejet sont donc souvent effacées au sein d’un groupe. Très discrètes, elles n’osent que rarement exprimer leur opinion. Elles supportent très mal les tensions et prennent toutes les remarques à cœur. Dès qu’elles ont l’impression d’être en danger, elles préfèrent prendre la fuite, plutôt que d’affronter l’obstacle.

Telle une spirale infernale, cette attitude engendre généralement encore plus de rejet. Le rejet renforce la blessure déjà présente, et le renforcement de la blessure provoque toujours plus de fuite.

La personne souffrant de blessure de rejet bénéficie pourtant de nombreuses qualités. Créative, elle a un monde intérieur riche. Perfectionniste, elle est capable de beaucoup de travail pour atteindre un objectif qui la passionne. La blessure l’empêche malheureusement d’exploiter son potentiel.

Les caractéristiques physiques de la blessure de rejet

Physiquement, les personnes avec une blessure de l’âme de rejet ont souvent un corps très mince, plutôt asymétrique, avec des parties presque « cagneuses », et une tendance à marcher avec les épaules affaissées. Chez les femmes, on observe souvent une petite poitrine, ou des fesses très plates. Les yeux sont souvent petits, cernés, et la personne peine à maintenir le regard durant une conversation.

Il faut également noter que l’individu ayant une blessure de rejet est souvent sujet aux problèmes de peau au niveau du visage, comme l’acné, ou l’eczéma par exemple.

Elle peut aussi s’habiller souvent en noir, car elle tente sans s’en rendre compte de passer le plus inaperçue possible. Tout son aspect physique donne l’impression qu’elle voudrait se faire la plus petite possible, voir même disparaître.

La blessure d’abandon

Quelle est l’origine de la blessure d’abandon ?

La blessure d’abandon se révèle généralement entre 1 et 3 ans. Elle est liée à la relation que l’on entretient avec son parent de sexe opposé.

La personne souffrant d’une blessure d’abandon a eu l’impression de manquer de nourriture affective de la part de l’une de ses figures d’attachement principales.

Une fois encore, il ne s’agit pas forcément d’une vérité absolue, mais d’un ressenti, parfois même inconscient, de la part de l’enfant.

Comment s’exprime la blessure d’abandon ?

La personne ayant la blessure de l’âme de l’abandon a une peur extrême de la solitude. En raison d’un manque d’estime et de confiance en lui, il entretient la fausse croyance de ne pas pouvoir survivre psychiquement sans la présence d’autrui. Il pense être incapable de se suffire à lui-même. Ainsi, il revêt un masque de dépendant, en s’accrochant à son entourage.

Plus encore, la blessure d’abandon le pousse à toujours chercher l’approbation et l’admiration des autres. En groupe, il a tendance à utiliser divers stratagèmes pour se mettre en avant. Détestant passer inaperçu, il tente sans cesse d’attirer l’attention sur lui. On peut même lui reprocher de toujours tout ramener à lui dans les conversations.

Parfois même, la personne souffrant de blessure d’abandon se créait inconsciemment des problèmes dans l’objectif d’engendrer l’empathie de ceux qui l’entourent. Pour lui, être victime, c’est avoir l’assurance de rester au cœur des préoccupations des autres.

Les caractéristiques physiques de la blessure d’abandon

Les personnes avec une blessure d’abandon ont souvent un corps mince et flasque. C’est exactement comme si leurs muscles semblaient sous-développés.

Ils ont généralement une ou plusieurs parties du corps particulièrement basses ou affaissées. Les épaules sont tombantes, comme si elles devaient porter un lourd fardeau.

On remarque souvent chez les personnes souffrant de blessure d’abandon une petite voix fluette et plaintive. Il n’est pas rare d’avoir l’impression d’entendre un enfant parler.

La blessure d’humiliation

Quelle est l’origine de la blessure d’humiliation ?

La blessure de l’âme de l’humiliation prend également forme entre 1 et 3 ans. Elle peut être liée aux deux parents, et plus précisément aux parents ayant tendance à réprimer le plaisir physique.

La personne avec une blessure d’humiliation a ressenti une interdiction aux plaisirs des sens. Ces derniers étant toujours retranchés au rang de ce qui est « sale » et « honteux ».

Comment s’exprime la blessure d’humiliation ?

La personne souffrant d’une blessure d’humiliation a un besoin constant de prouver sa valeur. Il a l’impression d’avoir un véritable devoir d’être utile aux autres. Au point où il n’hésite pas à sacrifier son propre bien-être pour celui d’autrui. Il se plie en 4 pour satisfaire toutes les exigences, parfois même jusqu’à s’en épuiser, et arriver au burn-out.

Il a également beaucoup de mal à exprimer ses émotions. Pour lui, tout ce qui est intime est forcément source de punition. Il réprime ses ressentis aussi bien psychiques que physiques. Le sexe est à ses yeux quelque chose de plaisant, mais d’humiliant.

Très souvent, la personne avec une blessure d’humiliation se rabaisse elle-même sur le ton de la dérision. Aux yeux des autres, il a beaucoup d’humour. Mais en réalité, il y a une véritable souffrance cachée derrière ces blagues répétitives. Au fond, il se sent indigne, et peut même en arriver à un réel dégoût de son corps et de son être.

Les caractéristiques physiques de la blessure d’humiliation

La plupart du temps, les personnes souffrantes de blessure de l’âme d’humiliation sont en surpoids. On observe un visage rond, de grands yeux naïfs, et une taille courte.

Cela peut paraître étrange, mais la personne ayant une blessure d’humiliation semble souvent tacher ses vêtements sans le faire exprès. Il s’habille également de manière plutôt moulante, mettant alors en avant ses quelques kilos en trop.

La blessure de trahison

Quelle est l’origine de la blessure de trahison ?

La blessure de trahison se manifeste entre l’âge de 2 et 4 ans. Elle est en lien avec le parent de sexe opposé. La personne souffrant d’une blessure de trahison a eu l’impression d’être trahie par ce dernier.

Cette trahison a pu prendre la forme de mensonges, de promesses non tenues, ou tout simplement d’un ressenti de manque d’investissement dans la relation.

Il est également possible que le parent se soit montré vulnérable devant l’enfant, et que ce dernier, pour diverses raisons, l’ait considéré comme une preuve de faiblesse.

Comment se manifeste la blessure de trahison ?

La personne avec une blessure de trahison est un vrai petit dictateur en herbe. Particulièrement autoritaire, il cherche à toujours imposer ses opinions. Au quotidien, il porte le masque de contrôlant, ce qui explique son besoin absolu de toujours tout savoir et tout décider.

Incapable de lâcher-prise ou de faire confiance, il ne jure que par la performance. Il aime montrer une image de lui invincible, ce qui le pousse à cacher ses émotions.

En apparence, il ressemble à un chef idéal, mais en réalité, il est profondément irresponsable. En effet, l’individu souffrant d’une blessure de trahison accuse toujours les autres de ses propres manquements. Il est incapable de se remettre en question ou de s’ouvrir à de nouveaux horizons. Parfois même, il n’hésite pas à avoir recours à la manipulation pour arriver à ses fins.

Il aimerait que tout soit toujours fait à sa façon, et ne laisse aucune place aux personnes qui l’entourent. Très exigeant, il veut que tout le monde lui obéisse au doigt et à l’œil. Tel le centre du monde, il pense que les autres ne peuvent réussir sans lui, et adore entretenir cette image de toute-puissance.

Femme méditant dans la position assise de yoga sur le sommet d'une montagne au-dessus des nuages
Comprendre ses blessures de l’âme permet de guérir et d’agir sur les point douloureux de votre être

Les caractéristiques physiques de la blessure de trahison

Physiquement, la blessure de trahison se manifeste par un haut du corps musclé chez l’homme. Chez la femme, ce sera plutôt des hanches larges et fortes.

Dans les deux cas, la personne souffrant d’une blessure de trahison semble avoir un corps ferme, correspondant souvent à certains critères de beauté occidentaux.

Le regard, quant à lui, est expressif et séducteur. La personne avec une blessure de trahison n’hésite pas à regarder ses interlocuteurs droit dans les yeux. Elle marche la tête haute, et la poitrine bombée. Ses vêtements ne passent que rarement inaperçus.

La blessure d’injustice

Quelle est l’origine de la blessure d’injustice ?

La blessure de l’âme d’injustice se développe entre 4 et 6 ans, dans la relation au parent du même sexe.

L’enfant a vécu un manque de tendresse de la part de cette figure d’attachement. Il avait l’impression de ne pas pouvoir être lui-même, et de devoir mériter l’amour par la performance.

Comment se manifeste la blessure d’injustice ?

La personne souffrant d’une blessure de l’âme d’injustice est particulièrement intransigeante envers elle-même, comme avec les autres. Elle pense avoir le devoir d’être parfaite en toutes circonstances. Il veut absolument correspondre à son idéal, ou à ce qu’il pense qu’on attend de lui. Pour elle, tout doit être justifié et justifiable. Elle entretient une culture de la méritocratie.

Portant un masque de rigide, l’individu avec une blessure d’injustice a appris à développer un extrême contrôle de lui-même. Il a du mal à exprimer ses émotions, et tend à se couper de ses ressentis. Il prend beaucoup sur lui au quotidien, si bien que quand la coupe est pleine, il peut réagir de manière totalement disproportionnée, en explosant de façon inattendue.

Il ne veut jamais admettre ses points faibles et ses douleurs. Au contraire, il fait semblant de ne jamais avoir mal, ou de ne jamais être démuni, même si c’est bien évidemment faux. Il refuse toute main tendue, et se persuade que demander de l’aide est une preuve de faiblesse.

Bien qu’il soit en réalité très sensible, il passe souvent pour une personne froide et impassible. Cette impression de manque d’empathie s’explique, en réalité, par la crainte de perdre le contrôle face à ses propres émotions, ce qui le pousse à s’en couper totalement.

La personne souffrant d’une blessure d’injustice se perçoit toujours comme victime des autres. Il est persuadé que le monde entier le malmène. Il a tendance à se morfondre sur son sort plutôt que d’agir pour changer les choses. Parfois même, il se montre lui injuste avec son entourage. Sans s’en rendre compte, il fait souvent subir aux autres ce que lui-même a peur de subir.

Les caractéristiques physiques de la blessure d’injustice

En apparence, l’individu avec une blessure d’injustice est plutôt séduisant. Il aime prendre soin de son apparence et plaire aux autres.

On remarque cependant des mouvements toujours secs, une mâchoire serrée, des épaules carrées, une posture très droite, et une certaine raideur dans les jambes et les bras.

Le regard est vif, le teint rayonnant, et la voix sèche et rapide.

La personne ayant une blessure d’injustice a généralement besoin de se sentir serrée à la taille. Il porte donc souvent des ceintures ou des vêtements moulants.

Il peut facilement malmener son corps, en le surmenant, ou ignorant les douleurs physiques. Il se vante d’ailleurs de ne jamais être malade.

Vous savez désormais quelles sont les 5 blessures de l’âme. Il est même possible que vous ayez trouvé celles qui vous correspondent. Si tel est le cas, pas de panique.

Conclusion sur les blessures de l’âme

Les blessures de l’âme n’ont rien d’une fatalité. Au contraire, mieux cibler ses blessures est un excellent moyen pour cheminer vers le mieux-être au quotidien. Et vous, quelles sont vos blessures ? Comment les avez-vous identifiées ? Quelles ont été vos solutions pour les guérir ? N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience en commentaire !

Laisser un commentaire